Quels sont les différents types d’isolation thermique pour les combles et les toitures ?

isolation thermique

Publié le : 08 juin 20237 mins de lecture

Source initiale de pertes énergiques, la toiture doit être parfaitement isolée. Avec la réglementation de 2007 indiquant des plafonds de performance à ne pas dépasser, les techniques d’isolation ont connu des restrictions significatives. Tout comme la toiture, les combles sont, eux aussi, des ponts thermiques qu’il faut traiter. Dans cet article, nous nous intéresserons aux techniques utilisées pour isoler ces éléments de la maison.

Les solutions pour isoler les combles

L’isolation de cet espace permet de réduire les perditions de chaleur. Il s’agit alors de choisir un matériau isolant et de l’utiliser pour recouvrir le plancher. Et si vous vous demandez pourquoi poser cette couche isolante sur le plancher, la réponse est : cette zone représente le volume entre l’air froid extérieur et l’air chauffé intérieur. Voici les techniques que des entreprises hautement qualifiées, comme technitoit.com, utilisent pour isoler les combles.

Le soufflage : la méthode la plus en vogue

Cette technique est la plus répandue. Le couvreur souffle un isolant en vrac sur le sol. Pour cela, il utilise ces trois équipements : le premier est une souffleuse pour broyer l’isolant, le transformer en flocons puis le souffler dans ces petits espaces, le deuxième est une cardeuse et le troisième une machine.

Pour cette méthode, on fait souvent appel à des isolants comme la ouate de cellulose et la laine de verre. Elle se distingue des autres techniques, conçues pour isoler sont logement, par sa capacité à combler tous les recoins du plancher. C’est aussi un procédé tout simple qu’on peut appliquer même dans les espaces les plus étriqués et inaccessibles. Il suffit d’avoir une trappe pour pouvoir souffler l’isolant.

L’épandage : une technique d’isolation à la main

Si les espaces que vous souhaitez isoler sont accessibles, vous avez la possibilité de choisir l’épandage d’isolant sous forme de flocons. Semblable à la technique du soufflage, vous n’avez pas besoin de machine pour expulser l’isolant vers une zone spécifique. Notez que ces isolants sont vendus en vrac. Cette méthode implique une pose manuelle qui nécessite une technicité infaillible et une rigueur exceptionnelle.

Les isolants à dérouler : efficaces pour se débarrasser des ponts thermiques

Là encore, les zones à isoler doivent être faciles d’accès. Dans ce cas, l’isolant doit être posé sur deux couches croisées ; l’une en-dessous de l’autre. Il finit alors par augmenter de volume en gagnant en épaisseur, ce qui accroit sa résistance à la chaleur. Sachant que la double couche réduit les ruptures au milieu de l’isolant, il est très efficace pour supprimer les ponts thermiques.

Avant de poser l’isolant, un pare-vapeur est installé sur le plancher. Cette étape est essentielle pour réduire les problèmes d’humidité et d’infiltration des eaux pluviales dans la maison : des désagréments qui peuvent compromettre l’efficacité de l’isolant et sa longévité. Pour cette méthode, les laines minérales sont très utilisées. Nous pouvons en citer la laine de roche et la laine de verre. Notez que si ces isolants sont si populaires, c’est parce qu’ils présentent un excellent rapport qualité/prix.

Les panneaux rigides : la technique la moins répandue

Les panneaux rigides et semi-rigides sont des options intéressantes. Elles sont fabriquées avec du liège, du polyuréthane, des laines minérales et du polystyrène. Même si cette technique garantit une isolation infaillible, elle est peu utilisée par les couvreurs. C’est même la méthode la moins courante ! Et son prix élevé y est surement pour quelque chose. Ajoutez à cela, qu’elle présente certaines difficultés au moment de la mise en œuvre.

Dans le même thème : Conseils pour choisir son isolation thermique

Les solutions pour isoler une toiture

Bien que les avantages de l’isolation des combles ne soient plus à prouver, ces petits espaces ne sont pas les seuls responsables des perditions de chaleur. Il y a aussi le toit ! Si la toiture est le premier élément à isoler dans une construction, c’est parce que les travaux sont faciles à réaliser et les frais relativement bas, comparés à l’isolation des murs.

Bien que les méthodes utilisées pour isoler sont logement, sa toiture plus précisément, soient assez nombreuses, il ne faut pas choisir de manière aléatoire. Mais si vous ne deviez retenir qu’un seul critère, ce serait la situation des espaces sous-combles, autrement dit, s’ils sont aménagés ou pas. Il y a deux techniques distinctes :

L’isolation de la toiture par l’intérieur

Simple et très répandue, cette approche consiste à placer l’isolant directement en-dessous des remparts du toit. Simple à réaliser, elle vous fait perdre quelques mètres carrés de surface habitable.

L’isolation de la toiture par l’extérieur

En isolant votre toiture par l’extérieur, vous conservez la même surface sous-combles. Cependant, avant de poser l’isolant, le revêtement doit être retiré. C’est pourquoi, le meilleur moment pour se lancer dans des travaux d’isolation par l’extérieur est celui la réfection complète de la toiture. De plus, l’ossature doit être en mesure de soutenir les plaques isolantes. Si l’espace sous-combles n’est pas exploité, l’isolation de l’intérieur est une meilleure solution.

À explorer aussi : Comment procéder à l'isolation d'un toit en fibro-ciment ?

Les critères à prendre en considération pour réussir l’isolation d’une toiture

Si l’isolation de la toiture tient compte du rendu esthétique, de la surface habitable et du prix, il y a d’autres éléments à ne pas négliger. Dans un premier temps, les couvreurs professionnels se renseignent sur l’ancienneté de la construction. Car les bâtiments construits avant 1974 ne sont pas soumis à des obligations légales en matière d’isolation.

De plus, les isolants choisis doivent correspondre aux caractéristiques de votre région puisque les conditions climatiques dans certaines zones sont plus difficiles que d’autres. Par conséquent, le niveau de résistance à la chaleur n’est pas le même !

Pour finir, vous devez choisir un prestataire qualifié et vérifier qu’il a suivi les formations adéquates et souscrits aux contrats d’assurance nécessaires pour garantir la sécurité des travaux. La mention RGE est un gage supplémentaire de qualification et un critère incontournable pour obtenir des crédits avec des taux d’intérêt préférentiels.

À noter : Comme pour la toiture, il y aussi des règles à suivre pour bien faire isoler les combles !

Plan du site