Le financement des travaux d’isolation thermique

financement des travaux

Les travaux de rénovation thermique tels que le fait d’isoler les combles, les murs et le plancher requièrent parfois des dépenses non négligeables. L’isolation thermique étant quelque chose que l’état encourage, ce dernier a alors mis des dispositifs en place afin de faciliter aux populations la transition énergétique. En outre, d’autres types d’aides sont disponibles sous forme de subventions afin d’accompagner les personnes dans leur projet de rénovation thermique.

Le financement des travaux d’isolation thermique

L’état et plus précisément le Grenelle Environnement s’est imposé un certain nombre d’objectifs en matière de réduction de consommation énergétique pour les années à venir. Dans cette optique, il a mis en place des systèmes d’aide qui sont destinés à encourager les populations à adopter des habitudes permettant des économies d’énergie. En la matière, l’isolation thermique constitue un projet ayant une place centrale. Ainsi, plusieurs types de financement sont proposés à ceux qui désirent procéder à des travaux d’aménagement thermique tels l’isolation des combles. Entre autres, il y a :

  • Le CITE ou Crédit d’Impôt Transition Énergétique : Il s’agit d’un dispositif fiscal permettant aux foyers de déduire une partie des dépenses ayant trait à des travaux de rénovation thermique de leur impôt. Plus concrètement, avec le CITE, il était possible de bénéficier d’un financement de 15% pour les travaux en une seule action. Mais s’il y a plus de deux actions, alors le crédit d’impôt pouvait s’élever à 25% du montant total. Mais depuis septembre 2014, le pourcentage est passé à 30%. L’on peut bénéficier du CITE pour isoler ses combles par exemple. Pour avoir plus de renseignements sur comment isoler des comblesvoir ce site. 
  • La prime énergie : Pour tous travaux de réduction de la consommation énergétique, l’on peut solliciter la prime énergie. L’on peut en bénéficier par exemple pour isoler des combles, la toiture, les murs, etc. Le montant de la subvention varie selon plusieurs critères tels que la situation géographique mais aussi le type de travaux en question. Mais en général, le financement peut s’élever jusqu’à 20% du montant total des travaux. Calcule est la plateforme indiquée pour les procédures ayant trait à la prime énergie. Avec cette dernière, les financeurs que sont les distributeurs d’énergie et le dispositif des Certificats d’économie d’énergie peuvent directement verser l’aide aux bénéficiaires par chèque.
  • Le financement de l’ANAH (l’Agence Nationale de l’Habitat) : Il s’agit d’une aide qui a pour but d’accompagner la politique de logement du parc immobilier. Grâce à cette subvention, un propriétaire peut bénéficier d’une subvention allant jusqu’à 50% du montant total des travaux de rénovation thermique. Toutefois, le plafond est situé à 750 € HT/m² et à 60 000 € pour un projet. Par ailleurs, les résidences ici concernées sont celles qui sont âgées de plus de 15 ans et qui sont les résidences principales de ceux qui sollicitent l’aide. Aussi, dans les conditions d’éligibilité, on note des critères liés aux ressources. Dans ce schéma, on distingue deux catégories de revenus : les revenus modestes et les revenus très modestes. Le montant de la subvention varie également selon que la résidence soit en Ile-de-France ou non. En effet, les subventions sont plus élevées en Ile-de-France que dans les autres régions de l’Hexagone.
  • Les aides locales : Des subventions sont également proposées par les localités au niveau régional pour isoler les combles ou pour autre type de rénovation thermique. Ces aides varient d’une région à une autre.

NB : Certaines de ces aides sont cumulables et d’autres non. Par exemple, vous pouvez cumuler le CITE et la prime énergie mais le CITE et la subvention de l’ANAH ne sont pas compatibles.